vrijdag, juli 27, 2007

L'orange-bleue (sanguine) (La Libre Belgique)

L'orange bleue (sanguine)
M.Bu. et V.d.W.

Mis en ligne le 27/07/2007
- - - - - - - - - - -

Jeudi, le formateur a dû s'employer à aplanir les vives tensions entre futurs partenaires sur le volet fiscal. Le chapitre "Emploi" a été abordé dans l'après-midi. La bronca pourrait repartir en flèche avec le tableau budgétaire présenté ce matin.

Lisez l'édito de Francis Van De Woestyne

BELGA

Il fallait s'y attendre : les retrouvailles, jeudi matin, ont été glaciales après la guerre de communiqués et de commentaires, des confirmations et des démentis que s'étaient livrés, la veille, les partis libéraux et démocrates-chrétiens au sujet d'un accord de principe sur la réduction de l'impôt sur les personnes physiques. Dès 9 heures 30, l'orage a éclaté. Une première suspension de séances a eu lieu, puis une seconde. Joëlle Milquet et Yves Leterme se sont expliqués. Les libéraux, MR et VLD, réunis ensemble, ont appelé le formateur pour lui faire savoir que si l'on ne confirmait pas l'accord fiscal de la veille, ils ne reprendraient pas les travaux...

Très laborieusement, un texte, inspiré par Jo Vandeurzen, le président du CD & V, amendé par les autres délégations, a émergé, un texte mal écrit mais qui semblait convenir à toutes les parties : les libéraux ont la confirmation de l'accord pour une diminution des impôts, dont les modalités et le calendrier sont à déterminer en début de législature et le CDH a obtenu une précision essentielle à ses yeux : l'accord dépendra de la totalité de l'accord de gouvernement. Donc, pour les humanistes, il n'y a encore rien de fiscal sur la table.

Un mot à la bouche

Et tout le monde rentre gagnant. Les libéraux : "C'est exactement ce que j'annonçais mercredi, a placé Didier Reynders, jeudi soir, il y aura bien une baisse des impôts, et ce dès le début de la prochaine législature". Et les humanistes : "On n'est pas d'accord sur le principe d'une grande réforme fiscale sans objectif précis. La baisse d'impôt dépendra d'objectifs et de mécanismes", de son côté Joëlle Milquet à la sortie du château.

Après le déjeuner, les partenaires se sont... promenés dans le parc, par délégations, histoire de se détendre. La négociation proprement dite n'a repris que vers 15 heures sur le chapitre "Emploi". Plusieurs points ont été mis sur la table. Il y eut, d'ailleurs, quelques "ouvertures", certains admettant, par exemple, que les allocations de chômage ne devaient pas forcément être limitées dans le temps... Et au milieu de tout cela, il y a Bart Dewever. Le président de la N-VA n'a qu'un mot à la bouche durant les débats : "Régionalisation". ..

Pendant ce temps-là, plusieurs groupes de travail se sont mis à l'ouvrage, sur la recherche, l'attractivité de la Belgique, la simplification administrative, le statut social des indépendants, l'emploi. Et sur la réforme fiscale, un groupe rebaptisé par le CDH "baisse d'impôts".

On a aussi appris que le cadre budgétaire du gouvernement provoquait des tensions. Là encore, les opinions sont divergentes : les libéraux se réjouissent de la forte progression, pour 2007 et 2008, des recettes fiscales qui autorisent, disent-ils, des politiques fiscales et sociales. Tandis que les humanistes insistent sur le "dérapage" du budget 2007 qui, à politique inchangée, si l'on ne réalise pas les opérations prévues par l'ancien gouvernement (vente de bâtiments publics et reprise de fonds de pensions flamands), pourrait atteindre 1,6 voire 2 milliards d'euros. Dans l'hypothèse où l'objectif est de dégager un bénéfice de l'ordre de 0,5 pc du Produit Intérieur Brut. Rien de bien alarmant, répondent les libéraux : il suffit de mettre en oeuvre les mesures décidées et non encore exécutées. Et l'on pourrait se contenter d'un bénéfice de 0,3 pc. Le VLD Bart Somers l'a d'ailleurs crûment fait remarquer lors de la réunion : "Marges budgétaires disponibles ou pas, il y aura une baisse d'impôts". Ambiance, donc.

Geen opmerkingen: