woensdag, januari 21, 2009

C.R. Colloque AN (1) (Partie politique)

Comme promis, un compte rendu du colloque "Quelles relations transatlantiques demain ?", organisé à l'immeuble Jacques Chaban-Delmas par le groupe d'amitié franco-américain de l'Assemblée Nationale à Paris.
I. Bruno Le Maire

A. Traits généraux
Remplaçant Bernard Kouchner (occupé avec le dossier-Gaza), le secrétaire d'état aux Affaires européennes a délivré un très bon discours-programme, dépassant son temps attribué. Affirmant qu'on n'a jamais autant parlé d'"Espoir" qu'aujourd'hui, il tentait tempérer l'euphorie. Certes, après 8 années s'échecs du Bushisme (qui ne nous a porté ni la démocratie, ni la sécurité), la gravité de la crise économique et financière et des déboires de l"Arc de Crise traditionnel, allant du Moyen-Orient au Pakistan, ne nous permettent pas autre chose que le volontarisme et l'optimisme pour en sortir. L'Amérique doit redevenir le "continent du possible".

Cependant, l'Europe ne sera pas du tout la priorité pour la nouvelle administration. Nous serons déçus, point. L'Europe sera la dernière roue du chariot Obama. Lors de ses interrogations devant le Congrès, Mme Clinton n'a presque par mentionné l'Union européenne. Changer cet état de fait, est la principale mission des Europeéns. Il faudrait corriger l'idée que les relations transatlantiques sont "bonnes". Elles ne le sont pas. On n'a juste pas de problèmes transatlantiques, et ce pour la première fois depuis longtemps. TOUS les ministres des affaires étrangères de l'Union veulent collaborer avec les Etats-Unis, ce qui représente déjà un acquis non-négigable.

La question-clé est celle de l'organisation de notre poids, plutôt que de se demander si oui ou non les relations seront bonnes. Sous présidence française (référence obligatoire pour tous les intervenants), un document commun EU/UE a été rédigé, contenant 1) le partenariat stratégique au sein de l'OTAN 2) les liens économiques 3) les valeurs structurelles qui aliment notre dialogue (droits de l'homme, démocratie). Cette liste ne doit pas faire oublier que nous ne sommes plus intangibles en tant que "bloc atlantique". Là où cette combinaison contrôlait 80% du PNB mondial il y a quelques décennies, la proportion est tombée à 50%.

Pour qu'une collaboration se fasse, il faut trois préconditions:
1) L'unité des Etats-membres de l'UE
(il faut arrêter de courir tous séparément à Washington, méchanisme très connu des responsables américains, qui jouent l'un contre l'autre pour finalement faire ce qu'ils veulent)

2) La définition d'un intérêt commun européen
(ex: un régulateur bancaire, élaboration d'un principe de précaution plus contraignant que ce qui a été dit dans les accords de Bâle)
(ex: une stratégie de sécurité commune: on est toujours très loin d'une doctrine européenne)

3) Une nouvelle pensée historique
La construction européenne est trop dictée par la Mémoire et la logique des blocs (cf. attitude des nouveaux pays-membres, qui ont perdu "une bonne occasion de se taire", quand ils soutenaient l'invasion de l'Irak) <=> il faut se concentrer sur les mouvements ACTUELS de l'Histoire
(ex: migration/développement économique de l'Afrique)
(ex: Islam: facteur "décisif", à la fois à cause de nos frontières avec le Moyen-Orient et à cause des minorités dans chaque Etat-membre)
(ex: programme nucléaire iranien: les bombes menacent l'EUROPE, pas les Etats-Unis + ambitions russes: idem quant aux missiles de Kaliningrad)

B. Dossiers individuels
1) Guantanamo
Menace la sécurité européenne, met en danger les relations avec le monde musulman => si nous insistons sur la fermeture, il faut bien que nous REPRENIONS certains détenus des américains

2) Régulation financière
Les Etats européens (France, Allemagne, Grande Bretagne) se sont rendus compte qu'ils se sont engagés auprès de leurs CITOYENS => il incombe à ces trois pays d'élaborer de nouvelles règles financières, AVANT le sommet du G-20 en avril (tant pis pour les Américains s'ils ne seront pas prêts, nous aurons un dossier plus fort)

3) Crise économique: éviter le protectionnisme
Il ne faut pas permettre aux Etats-Unis de fermer leur marcher ou de spéculer sur le dollar
(ex: Merkel: contre le plan-US pour l'industrie automobile <>4) Climat
l'Europe ne peut pas se contenter de jouer seul "le modèle" => il faut entrainer les Américains (ce qui, malgré les déclarations d'Obama, ne sera pas chose aisée, cf. infra, les remarques lors de la table-ronde)

5) OTAN
Element clé: complémentarité entre défense européenne et atlantique => l'autonomie de décision de chaque pilier doit être respectée; l'intégration du commandement opérationnel n'est qu'un objectif ULTIME; en attendant, il faut remplir deux conditions:
a. Un renforcement de la politique européenne de défense
- Les premières tentatives ne sont pas ACQUISES, il faut aller au-delà
(ex: Tchad/Kosovo/Piraterie/observateurs en Géorgie: opérations EN DEHORS du cadre de l'OTAN)
- Définir une doctrine commune
- Etablir un centre opérationnel à Bruxelles (décision déjà prise)

b. Redéfinir l'Alliance atlantique
Tension entre l'article 5 (tous les états-membres se déclarent solidaires de l'aggressé, ce qui peut entraîner la France ou la Belgique dans une guerre Russo/Ukraïnienne) <=> extension "illimitée"; sous-entendu: arrêter l'extension de l'OTAN

= les enjeux du sommet de Strasbourg/Kehl (célébration des 60 ans de l'Alliance)

6) Autres
- Moyen-Orient
- Afghanistan: renforcement de l'effort indispensable, MAIS se concerter entre Européens AVANT d'aller voir Washington (cf. orientations générales)
- Iran: décisif pour les Européens <> entre partenaires EGAUX

Geen opmerkingen: