woensdag, januari 28, 2009

En attendant la grève...

Benoît Hamon parle des Elections européennes. Le PS français est décidé de se saisir du manifesto PES et des vrais enjeux de l'élection du 7 juin: changer de majorité au Parlement (ou, plus correct, de fraction dominante, bien que ce sera plutôt utopique, si Labour et le SPD font un mauvais résultat) sur un texte commun à tous les socialistes européens.



Espérons que le sp.a reprenne un peu de cette dynamique contestataire, qui s'oppose à un récit unique européen de tendance néo-libérale. Les sièges belges ne feront pas la différence, mais il importe de montrer à l'électorat qu'on s'inscrit dans une démarche internationale et européenne, que d'autres partagent les mêmes valeurs. Si les populations européennes réclament toutes la même chose, il importe aux partis de gauche d'être unis dans la réponse à la crise.



Entretemps, la France sera paralysée demain. Tous les services publics feront grève, tous syndicats confondus. Je ferai un petit tour à Bastille, où le PS et le MJS ont un point de rassemblement fixe. Afin d'éviter un prolongement de la grève (je me rappelle de la grève de novembre 2007), votre serviteur quittera Paris en voiture demain soir, pour assister à la réception de nouvel an de sa propre section en Belgique.



Notons aussi que le PS français est vraiment de retour: plan de relance qui capte l'attention des médias, coup de théâtre à l'Assemblée nationale... Allez, Gennez ! Bouge-toi. On n'a pas besoin de Bert Anciaux pour se faire entendre.

Geen opmerkingen: