woensdag, juli 22, 2009

Bedenkelijke peilingspraktijken

Voilà. Daarom moet je dus voorzichtig zijn met peilingen van Le Figaro/TF1.

Opinion Way, le sondeur qui dérange
LEMONDE.FR | 22.07.09 | 08h24 • Mis à jour le 22.07.09 | 10h13

oupçons de collusion avec le pouvoir, méthode contestée, questions biaisées... Nouveau venu sur le marché des enquêtes d'opinion, l'institut de sondage Opinion Way, récemment pointé du doigt par un rapport de la Cour des comptes (lire aussi "La politique des sondages de l'Elysée critiquée par la Cour des comptes"), cristallise depuis quelque temps les critiques de ses détracteurs.

Créé en mars 2000, ce nouvel acteur du marché des études ne s'est réellement positionné sur le secteur des enquêtes d'opinion que début 2006. Son arrivée constitue alors une petite révolution. Opinion Way est l'un des premiers instituts français à réaliser des enquêtes d'opinion en ligne, une méthode jusqu'ici réservée aux études de marché. Ce tournant dans l'histoire des sondages sera consacré en juin 2009 : le tout jeune institut remplace TNS-Sofres comme partenaire de TF1 pour la soirée des élections européennes.

REPRÉSENTATIVITÉ

Opinion Way se contente d'appliquer aux sondages d'opinion les méthodes des études de marché : il recrute ses panels représentatifs sur Internet – une pratique largement répandue aux Etats-Unis – et les rétribue en leur offrant des bons d'achat. Les sondés peuvent ainsi gagner entre 50 centimes et 2 euros par questionnaire, à raison d'une douzaine de questionnaires par an, précise Bruno Jeanbart, directeur des études politiques d'Opinion Way. La démarche a beau faire lever quelques sourcils, elle paie : une question en ligne est 30 % moins chère que par téléphone, et l'institut gagne des parts de marché.

Mais dans un pays où le taux de pénétration d'Internet atteint à peine 50 %, la question de la représentativité de telles enquêtes reste posée. "C'est trop peu fiable. Il y a trop de différences d'équipement et d'usage d'Internet au sein de la population. Aucun sociologue ou statisticien ne soutiendrait une telle méthode", estime ainsi Alain Garrigou, professeur de sciences politiques, auteur de L'Ivresse des sondages et co-animateur de l'Observatoire des sondages.

Pour Vincent Tiberj, chargé de recherches au centre de recherches politiques de Sciences-Po, "Internet, c'est l'avenir, mais c'est encore un petit peu tôt". "Même si les quotas sont respectés, explique-t-il au site Mon sondage, une femme de 65 ans qui est sur le Net n'a pas le même profil que les autres."

Pour Bruno Jeanbart, le débat n'a pas lieu d'être : "La question de la représentativité se pose quelle que soit la méthodologie. Le téléphone et le face-à-face présentent aussi des inconvénients... Notre métier est précisément de contourner ces obstacles grâce à la méthode des quotas", explique-t-il. Autre argument en faveur de cette méthode : elle permet de toucher certaines catégories de sondés, notamment parmi les plus jeunes, qui ne disposent pas de téléphone fixe. Selon la Sofres, 17 % des foyers n'étaient pas équipés de téléphone fixe en 2005 et étaient donc exclus de facto des enquêtes traditionnelles.

SOUPÇONS DE BIAIS

Mais la critique la plus récurrente concerne les supposées accointances de l'institut avec le pouvoir. Le Canard enchaîné daté du 8 août 2007 révélait ainsi que son président, Hugues Cazenave, avait commencé sa carrière en 1986 au cabinet de Gérard Longuet, le président du groupe UMP au Sénat, qui fut dans sa jeunesse un des fondateurs du mouvement d'extrême droite Occident. Toujours selon le Canard, Opinion Way aurait commencé son activité de sondeur politique pour le compte de l'UMP, ce que l'institut dément. En novembre 2002, Opinion Way a pourtant bien interrogé les Français sur leurs préférences concernant le nouveau nom de l'UMP, un sondage dont Bruno Jeanbart affirme ne pas se souvenir.

Soupçonné de pencher à droite, Opinion Way ne peut pas compter sur le profil de ses clients pour rééquilibrer son image : en dehors d'un sondage vendu au Nouvel Obs, deux au site Bakchich.info et un au cercle de réflexion Gauche avenir, l'écrasante majorité de ses sondages sont commandés par des clients étiquetés à droite (Le Figaro, LCI...), selon la liste des enquêtes réalisées par l'institut.

Pour Alain Garrigou, il y a plus grave : l'institut truquerait certaines enquêtes. Dans un article publié par l'Observatoire des sondages, le chercheur décortique un sondage sur la popularité des chefs d'Etat européens, selon lequel 51 % des Européens ont une bonne image de Nicolas Sarkozy. L'enquête, publiée par Le Figaro, a été réalisée par Internet dans quatre pays : Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne et Italie. L'ennui, souligne Alain Garrigou, c'est que les Français ne figurent pas dans le panel et n'ont donc pas pu donner leur avis sur M. Sarkozy, comme les Allemands l'ont fait pour Angela Merkel ou les Italiens pour Silvio Berlusconi. La symétrie est donc faussée, et le président français délesté d'une cote de popularité nationale qui aurait fait baisser son score.

Autre problème méthodologique : le poids démographique des pays sondés n'a pas été pris en compte, alors que la population allemande est deux fois plus importante que celle de l'Espagne, souligne le chercheur. En tenant compte des populations réelles des pays concernés, Nicolas Sarkozy passerait de 51 % à 49 % de bonnes opinions, affirme-t-il.

"BOURDIEUSIENS"

S'il reconnaît du bout des lèvres qu'"on peut discuter" de la méthode retenue pour ce sondage, Bruno Jeanbart affirme que cela n'a rien changé aux résultats. Plus généralement, il estime que son institut est victime de la défiance des Français à l'égard des sondages. "En France, une école de sociologie a toujours critiqué les sondages, c'est l'école bourdieusienne, qui prône le qualitatif par rapport au quantitatif. Les sondages ont toujours fait débat, et l'arrivée d'un nouvel acteur est une façon de faire revivre ce débat. Certains de nos concurrents ne se sont pas non plus privés pour nous critiquer, de façon anonyme", analyse-t-il.

Richard Brousse, sociologue et co-animateur de l'Observatoire des sondages, propose une autre explication : "Opinion Way cristallise les critiques car ils sont en avance sur les autres sondeurs. C'est l'institut qui fait le plus de zèle pro-gouvernemental. Ils sont les seuls à faire en 2009 des sondages prédictifs de la présidentielle de 2012 (publié par Le Figaro) ! Ils sont les seuls à publier un sondage commandé par Darcos sur les fouilles au corps à l'école (publié fin mai par Le Parisien), quelques jours seulement après des violences en milieu scolaire qui ont fait les gros titres. Ils sont toujours les premiers ! Rien d'étonnant à ce qu'ils soient les premiers à être critiqués."

Geen opmerkingen: