donderdag, juni 03, 2010

L'union fait la farce: le cdH croit-il encore en l'avenir de la Belgique ?



On ne peut que conclure une chose des discours de Joëlle Milquet de cette campagne électorale: le parti qui se réclame le plus de la Belgique, se fout royalement des intérêts du pays. Au point de menacer la conclusion d'un accord sur la réforme de l'État après le 13 juin, en participant à la surenchère. Bien que... plutôt en la lançant.

Au lieu de mentir à ses propres électeurs de la périphérie, madame Milquet ferait mieux de leur expliquer qu'un corridor est impossible dans le cadre d'un accord négocié sur BHV. Le terme "corridor" suppose qu'on est isolé en territoire ennemi, coupé de sa base militaire. Joëlle se croit assiégée à Tobrouk par les Allemands de Rommel en 1941 ! Elle ne fait que renforcer les sentiments de haine. Ce qui rend les chances de conclusion d'un accord encore plus minimales. Mais la présidente du cdH s'en fout ! Elle veut conserver ses deux sièges à BHV. Quitte à mettre la bourgmestre de Rode-Saint-Génèse en position éligible (première suppléante), sachant très bien qu'un élargissement de Bruxelles est impossible à avaler dans le cadre d'une scission de l'arrondissement.

Or, la Belgique suppose le vivre ensemble de deux communautés dans le respect. Il est vrai que la majorité flamande a fait preuve de peu de respect envers les revendications culturelles des francophones vivant sur son territoire. Cependant, elle n'a jamais fustigé la présence de l'autre communauté comme une d'"ennemis", risquant d'étouffer les néerlandophones. Milquet met la survie de la Belgique à long terme en péril avec son court-termisme myope et méprisant qui rappelle plutôt la Bosnie des années 1990.

Chaque vacherie de Milquet (ou Maingain) vaut 2% en plus pour la N-VA. Elle ne se rend pas compte de l'état de l'opinion publique en Flandre. Les gens en ont marre d'entendre ce discours arrogant et déconnecté de la réalité. Chaque provocation ridiculise les partis traditionnels flamands, qui choisissent la voie de la négociation et de la concertation. Essayez d'expliquer que vous préférez négocier avec une folle (cdH) et un extrémiste (FDF), sur un truc que vous pourriez aussi régler à la majorité simple. Il n'y a que les "V-partijen" qui deviennent plus forts. Mais Madame Milquet s'en fout royalement...

J'avais pourtant entendu des louanges de l'OCDE et de l'OIT sur la politique de l'emploi que Madame Milquet a mené au niveau fédéral. Pourquoi n'en parle-t-elle pas ? Pourquoi resté collée à un discours communautaire contre-productif et irréaliste ? Joëlle ne raisonne qu'avec ses électeurs bruxellois et de la périphérie. Les 90% autres en Flandre et en Wallonie ne votent pas pour elle, de toute façon.

Geen opmerkingen: