vrijdag, september 10, 2010

Pour un rattachisme historiquement correct

(...caution: ceci est bien une fiction et n'exprime nullement l'opinion personnelle de l'auteur...)

Avec la déclaration récente de Laurette Onkelinx qu'il faut s'interroger sur l'avenir de la Belgique, je crois que le moment est venu pour préparer les habitants du comté de Flandre à un avenir stable et radieux qui respecte mieux la spécificité du territoire et de ses habitants que la construction belge, qui -admettons le, chers De Wever et Leterme- a toujours été artificielle en nous unissant à des peuples radicalement différents du nôtre.

En effet, je parle bien du comté. Il serait temps de nous débarrasser de ces fainéants et profiteurs d'Anversois, de Brabançons et de Limbourgeois. Par un stratagème propagandiste subtil, ils nous ont ravi ce qui nous était le plus cher: le nom de notre comté.


En effet ! Depuis belle lurette, le comté de Flandre est un fief du royaume de France. Nonobstant les conflits entre le comte Guy de Dampierre et Philippe le Bel, ou les émeutes ringardes des Breydel ou Artevelde, la frontière séparant le royaume de France du Saint-Empire était bel et bien l'Escaut, sur le territoire flamand. Vu l'échec de la domination étrangère avec les tentatives bourguignonnes (XIVe-XVe), espagnoles (XVI-XVIIe), habsbourgeoises (XVIIIe), orangistes (1815-1830) ou saxe-cobourgistes (1830-2010), il est temps que la fille aînée de la France revienne à la source.

Bien sûr, dans le cours de l'histoire, les conquêtes et renonciations ont modifié le statut, voir amputé le comté de la moitié. Pensons notamment aux conquêtes de Louis XIV avec la guerre de Dévolution (1668) et la guerre de Hollande (1678), où nous avons perdu Lille, Cambrai, Bouchain, Bavay... Ou à la renonciation du Traité de Madrid (1526) ou de celui de Cambrai (1529), à l'occasion desquels Charles Quint a tenté d'effacer les prétentions de François Ier sur la Flandre et l'Artois.

Cependant, il y a plusieurs motifs plaidant en faveur d'un rattachement de la Flandre (province de Flandre Occidentale + la plupart de la province de Flandre Orientale, où Alost sera laissé en proie aux hordes barbares de Bruxelles):
- historiquement, le comté a toujours été bilingue (tout le contraire de la Belgique, qui a commencé en 1830 comme un état francophone)
- nous disposons déjà à peu près du même droit civil (grâce à Napoléon) et appliquons les mêmes directives et ordonnances européennes (grâce à Jean Monnet et au Général de Gaulle), ce qui fait l'unification assez facile sur le plan juridique
- les impôts sur le revenu sont moins élevés en France, ce qui etraînera une nette amélioration des conditions de vie des travailleurs (donc: baisse du chômage, plus de pouvoir d'achat), au détriment des détenteurs de capitaux (y compris les riches exilés fiscaux français), qui payeront enfin l'ISF
- combiné avec un rattachement du Tournaisis, l'Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai pourrait enfin rivaliser avec Bruxelles; vu la décadence inévitable de celle-ci, en proie à des émeutes violentes et à la corruption des mœurs la plus totale, sans ordre ni justice, la capitale de l'UE sera transférée à Lille en une seule nuit (tout le monde prend le Thalys et l'Eurostar), faisant ainsi prospérer encore davantage la nouvelle région de Flandre (consistant en le Nord-Pas de Calais plus les nouveaux territoires flamands); la capitale de la région (pour éviter la saturation de Lille, s'assurer de l'allégeance des nouveaux sujets et solidifier le caractère bilingue de l'administration régionale) sera transférée à Gand
- récupérant la côté belge, la France pourra annexer la Zélande (elle aussi historiquement reliée à la Flandre), étouffer le port d'Anvers et faire de Dunkerque le premier port d'Europe
- la France pourra montrer sa tolérance envers d'autres expressions linguistiques, en permettant aux habitants de la Flandre française, enfin réunie, de s'exprimer en néerlandais partout sur le territoire régional
- les Flamands profiteront enfin pleinement de toutes la proximité de Paris, des réductions de la SNCF, des avantages sociaux de la France (partir à la retraite avec 15 ans de carrière si on a trois enfants, semaine des 35 heures, joies récurrentes de grèves nationales) et du système d'éducation français
- les habitants progressistes de la Flandre verront disparaître leur crainte d'être dominé par des partis de droite, nationalistes, voire racistes, puisque les élections régionales en France sont et seront toujours remportées par la gauche; d'autant plus que la Flandre pourra faire la différence pour l'élection de Martine Aubry en 2012; le CD&V sera scindé en une partie UMP, une partie MoDem, une partie PS tendance DSK et une partie tendance Aubry, l'openVLD connaîtra le même scénario (UMP, MoDem, PS-DSK et Delanoë), Rudy Demotte deviendra le nouveau président du sp.a (cf. annexion du Tournaisis), qui sera transformé en Parti Socialiste de Flandre, groen rejoindra Europe Écologie, les membres de la N-VA se réfugieront à Anvers (= en Allemagne) rejoindre leur chef Bart De Wever, où ils pourront chanter des hymnes comme il leur plaira
- Avec la disparition de la compétition nationale de football (et donc d'Anderlecht et du Standard de Liège), la Gantoise pourra gagner la ligue 1 et devenir champion d'Europe
- on pourra enfin ridiculiser Yves Leterme et Jean-Marie Dedecker aux Guignols de l'info
- La Flandre n'aura plus à payer pour le Limbourg (reçoit des transferts intra-flamands), ni pour Liège, ni pour le Hainaut ou le comté de Namur; ces régions financièrement exsangues, en proie à des politiciens comme Michel Daerden ou Bart De Wever, tomberont sous la houlette du quatrième Empire allemand, dirigé par la chancelière Merkel (semaine de 52 heures, retraite à 72 ans)
- on pourra rétablir les fortifications de Vauban à Audenarde (sur l'Escaut, frontière avec l'Empire allemand), les lignes du Pays de Waes allant à Anvers, attirant ainsi davantage de touristes

1 opmerking:

Anoniem zei

Génial! C'est très bon! Mais ce sera malheureusement un autre rattachisme qui va avoir lieu bientôt.