dinsdag, juni 29, 2010

Paus (Yves Desmet)

(bron: Demorgen.be)

Het Vaticaan heeft de Belgische ambassadeur op het matje geroepen over de huiszoekingen bij de Belgische kerk, die hij 'betreurenswaardig' acht. Je moet het maar durven.

Het was diezelfde paus die, toen hij nog de bijnaam van 'Gods rottweiler' droeg en hoofd voor de Congregatie voor de Geloofsleer was, een schrijven rondstuurde waarin hij de kerkelijke hiërarchie opdroeg om in geen geval zaken van seksueel misbruik door geestelijken over te maken aan de burgerlijke autoriteiten. Mocht hij toen al die misbruikers waar hij toen al weet van had, hebben ontboden en bestraft, er zouden waarschijnlijk vandaag geen huiszoekingen nodig geweest zijn.

Of weet de paus niet dat in Italië zelf de afgelopen jaren bijna honderd priesters voor de kerkelijke rechtbanken gedaagd zijn voor gevallen van seksueel misbruik? Dat afgelopen maand een Italiaanse bisschop moest getuigen in een pedofiliezaak van een van zijn priesters?

Als er iemand moet zwijgen over gerechtelijke optredens, dan wel de man die actief en jarenlang heeft meegeholpen aan het in de doofpot stoppen van het massale seksuele misbruik van kinderen door vele bedienaars van zijn kerk.

In zijn brief aan aartsbisschop Léonard schrijft de paus dat "de feiten moeten behandeld worden door het burgerlijke gerecht en op basis van het kerkelijk recht". Niet dus op basis van het strafrecht, terwijl het toch onmiskenbaar om zware misdrijven gaat.

Het komt niet aan de paus en de kerk toe om zich boven de strafwet te verheffen. Het komt niet aan de paus en kerk toe om een parallelle justitie te ontwikkelen via een commissie in haar eigen schoot. Die commissie had een rol kunnen spelen bij de begeleiding van de slachtoffers, maar niet in de bepaling van wat al dan niet dient vervolgd te worden, en al evenmin in het onderzoek in hoeverre het instituut kerk actief de straffeloosheid van deze misdrijven mee in de hand heeft gewerkt.

Er zit altijd een spanning tussen de logica van de hulpverlener en de logica van de wet en het gerecht. Die lijkt voor het ogenblik jammer genoeg niet verzoenbaar. Hopelijk vinden ze binnenkort wel een modus vivendi. Maar zolang dat niet het geval is, is het in een rechtsstaat nog altijd het gerecht dat de wet doet naleven, en niemand anders.

Yves Desmet
Politiek commentator

woensdag, juni 23, 2010

Met de Coreliogroep en Yves Leterme naar fabeltjesland


De Standaard 23 juni 2010, pagina 13 (Bart Brinckman, "Bij verlies hangt de coach. Maar welke coach ?"):
Van alle Belgische politici heeft Leterme de hoogste penetratiegraad (voorkeurstemmen gerelateerd met de bevolking van de kieskring)

De feiten duiden iets anders aan:
Yves Leterme: 101.830 stemmen op 784.621 geldige stemmen in West-Vlaanderen = 12,97% penetratiegraad

Er zijn er minstens drie die beter doen op basis van de penetratiegraad:

Benoît Lutgen: 33.038 stemmen op 194.482 geldige stemmen in Luxemburg = 16,99%

Bart De Wever (Senaat): 785.776 stemmen op 4.003.320 geldige stemmen in het Nederlandstalig Kiescollege = 19,62%

Elio Di Rupo: 203.758 stemmen op 722.740 geldige stemmen in Henegouwen = 28,19%

Conclusie: De Standaard rijdt persoonlijk voor Leterme, of checkt de argumenten van het Leterme-kamp bij CD&V niet.

Het is wel juist dat Leterme de hoogste penetratiegraad heeft bij de CD&V-politici. Maar, zoals gezegd, ik ben persoonlijk eerder fan van de goede oude Dewachter-schaal. Ook in die ranking komt Yves Leterme op drie (260,01), net voor Siegfried Bracke (241,77) en moet hij Bart De Wever (461,701) en Elio Di Rupo (466,04) laten voorgaan.

Straks probeert Leterme ons nog wijs te maken dat hij de verkiezingen gewonnen heeft...

(Zie ook de website van Binnenlandse Zaken: Charles Michel en Philippe Courard halen ook een betere penetratiegraad)

maandag, juni 21, 2010

John Mearsheimer

Nog een interview in de "Conversations with History"-reeks op Youtube: de realist John Mearsheimer (U. Chicago, "The Tragedy of Great Power Politics").

zondag, juni 20, 2010

Nieuws uit het Zingemse OCMW (mei-juni)


Het Zingemse OCMW zat niet stil de afgelopen maanden ! Dé blikvanger is onze aanvraag voor een nieuw initiatief Buitenschoolse Kinderopvang (IBO-statuut).

Meer informatie vind je hier.

Confederalisme


In de achttiende eeuw rangschikt de franse auteur Réal de Curban confederaties als verdragen tussen twee of meerdere aparte staten, met de bedoeling te evolueren naar een sterkere structuur ("comme ne faisant qu'un seul corps") Anderzijds zijn ze dan wel weer verenigd "à perpétuité". En lijken ze naar de buitenwereld deel uit te maken van één en hetzelfde geheel. Op die manier verschillen ze van gewone bondgenootschappen, die weliswaar iets kunnen toevoegen aan het natuur- en volkenrecht, maar  enkel bijstandsverplichtingen in het leven roepen. Misschien een inspiratiebron voor het De Wever/di Rupo-compromis in België?

art. III: "Parmi ces Alliances, les plus étroites sans doute sont celles qui consistent dans une confédération de plusieurs états unis à perpétuité pour leur intérêt commun. Aussi regarde-t-on moins ces Etats comme alliés entre eux, que comme ne faisant qu'un seul corps".

G. de Réal, Grand Sénéchal de Forcalquier, La Science du Gouvernement, tome cinquième contenant le Droit des gens, qui traite des ambassades; de la Guerre; des Traités; des Titres; des Prérogatives; des Prétentions, & des Droits respectifs des Souverains, Paris, Les libraires associés, 1764, p. 626 (Ch. III: des Traités - Section VI - Des Traités d'alliance & de ligue)

dinsdag, juni 15, 2010

Per partij (met Senaat en Franstaligen)

NVA:

Bart De Wever 785.776 461,701
Siegried Bracke 101.940 241,769
Jan Jambon 61.100 140,350
Geert Bourgeois 45.848 116,042
Frieda Brepoels 43.729 115,811
Jan Peumans 31.180 82,577
Ben Weyts 18.778 69,987
Sophie De Wit 26.918 61,832
Sarah Smeyers 21.182 50,237
Flor van Noppen 21.635 49,697

PS:

Elio Di Rupo 203.758 466,036
Michel Daerden 72.194 177,684
Paul Magnette 264.167 135,658
Laurette Onkelinx 40.621 110,328
Alain Mathot 42.730 105,167
Philippe Courard 22.899 95,721
Rudy Demotte 38.702 88,519
André Flahaut 19.009 75,184
Jean-Marc Delizée 24.104 74,166
Charles Picqué 27.127 73,678



MR:


Didier Reynders 61.848 169,236
Olivier Maingain 62.988 165,365
Sabine Laruelle 32.389 110,333
Charles Michel 31.272 100,952
Olivier Chastel 30.868 86,117
Armand De Decker 148.673 84,264
Louis Michel 127.878 72,478
Willy Borsus 19.541 66,566
Philippe Collard 12.124 62,787
Jacqueline Galant 18.256 50,931


CD&V:


Yves Leterme 101.830 260,012
Inge Vervotte 78.951 204,273
Marianne Thyssen 322.540 178,916
Hilde Crevits 50.619 129,250
Stefaan De Clerck 43.946 112,212
Pieter De Crem 39.666 106,288
Raf Terwingen 32.009 95,822
Hendrik Bogaert 37.095 94,718
Jo Vandeurzen 29.641 88,734
Joke Schauvliege 25.620 86,061


sp.a:


Caroline Gennez 41.284 108,868
Renaat Landuyt 38.216 108,600
Johan Vande Lanotte 188.811 106,322
Frank Vandenbroucke 177.663 100,044
Bruno Tobback 25.713 97,198
Dirk Van Der Maelen 34.331 94,052
Patrick Janssens 32.104 84,660
Peter Vanvelthoven 27.221 82,502
Ingrid Lieten 23.205 70,330
Maya Detiège 18.901 49,843


VLD:


Alexander De Croo 301.917 177,398
Matthias De Clercq 60.291 150,442
Vincent Van Quickenborne 45.222 133,000
Annemie Turtelboom 35.861 101,375
Herman De Croo 36.988 92,295
Patrick Dewael 24.497 86,832
Guy Verhofstadt 32.213 80,380
Guy Vanhengel 20.524 75,346
Gwendolyn Rutten 14.874 62,214
Marino Keulen 15.760 55,863

VB:

Gerolf Annemans 56.226 144,216
Filip Dewinter 200.024 120,694
Guy D'Haeseleer 25.441 72,476
Bert Schoofs 18.726 64,824
Filip De Man 11.870 52,058
Bruno Valkeniers 14.378 36,879
Peter Logghe 10.563 35,962
Anke Van dermeersch 49.336 29,769
Christine De Winter 5.396 28,578
Barbara Pas 9.794 27,901

cdH:

Benoît Lutgen 33.038 131,415
Joëlle Milquet 33.097 115,355
Melchior Wathelet 30.563 97,341
Maxime Prévôt 20.226 84,513
Francis Delpérée 107.589 75,455
Catherine Fonck 22.482 72,076
Josy Arens 15.972 63,532
Marie-Dominique Simonet 19.346 61,616
Isabelle Poncelet 11.466 45,608
André Bouchat 11.024 43,850


Ecolo:

Muriel Gerkens 14.657 46,806
Jacky Morael 60.327 41,215
Jean-Michel Javaux 58.585 40,025
Olivier Deleuze 14.617 36,538
Georges Gilkinet 6.705 30,791
Isabelle Durant 40.167 27,442
Laurence Lambert 5.702 26,185
Jean-Marc Nollet 7.445 25,840
Juliette Boulet 7.192 24,962
Zoé Genot 9.500 23,747

Groen!

Meryem Almaci 25.100 79,970
Eva Brems 12.549 65,703
Wouter De Vriendt 11.302 45,421
Freya Piryns 52.719 42,046
Stefaan Van Hecke 10.283 35,194
Elke Decruyenaere 8.589 29,396
Ingrid Pira 9.140 29,120
Mieke Vogels 8.543 27,218
Veerle Dejaeghere 4.804 19,307
Fatiha Dahmani 22.073 17,604

Per partij

N-VA:

Siegried Bracke 101.940 241,769
Jan Jambon 61.100 140,350
Geert Bourgeois 45.848 116,042
Frieda Brepoels 43.729 115,811
Jan Peumans 31.180 82,577
Ben Weyts 18.778 69,987
Sophie De Wit 26.918 61,832
Sarah Smeyers 21.182 50,237
Flor van Noppen 21.635 49,697
Karolien Grosemans 16.949 44,887

CD&V:
Yves Leterme 101.830 260,012
Inge Vervotte 78.951 204,273
Hilde Crevits 50.619 129,250
Stefaan De Clerck 43.946 112,212
Pieter De Crem 39.666 106,288
Raf Terwingen 32.009 95,822
Hendrik Bogaert 37.095 94,718
Jo Vandeurzen 29.641 88,734
Joke Schauvliege 25.620 86,061
Kris Peeters 30.851 79,822

sp.a:
Caroline Gennez 41.284 108,868
Renaat Landuyt 38.216 108,600
Bruno Tobback 25.713 97,198
Dirk Van Der Maelen 34.331 94,052
Patrick Janssens 32.104 84,660
Peter Vanvelthoven 27.221 82,502
Ingrid Lieten 23.205 70,330
Maya Detiège 18.901 49,843
Hilde Claes 15.872 48,105
Daniel Termont 17.028 46,650

VLD:

Matthias De Clercq 60.291 150,44
Vincent Van Quickenborne 45.222 133,00
Annemie Turtelboom 35.861 101,38
Herman De Croo 36.988 92,29
Patrick Dewael 24.497 86,83
Guy Verhofstadt 32.213 80,38
Guy Vanhengel 20.524 75,35
Gwendolyn Rutten 14.874 62,21
Marino Keulen 15.760 55,86
Hilde Vautmans 15.068 53,41

VB:

Gerolf Annemans 56.226 144,22
Guy D'Haeseleer 25.441 72,48
Bert Schoofs 18.726 64,82
Filip De Man 11.870 52,06
Bruno Valkeniers 14.378 36,88
Peter Logghe 10.563 35,96
Christine De Winter 5.396 28,58
Barbara Pas 9.794 27,90
Hagen Goyvaerts 5.084 26,93
Annick Ponthier 7.682 26,59

groen:

Meryem Almaci 25.100 79,97
Eva Brems 12.549 65,70
Wouter De Vriendt 11.302 45,42
Stefaan Van Hecke 10.283 35,19
Elke Decruyenaere 8.589 29,40
Ingrid Pira 9.140 29,12
Mieke Vogels 8.543 27,22
Veerle Dejaeghere 4.804 19,31
Stijn Bex 2.973 15,57
Kristof Calvo 4.767 15,19

Kamer Oost-Vlaanderen

Naam Partij Voorkeurstemmen Dewachter
Siegried Bracke nva 101.940 241,769
Matthias De Clercq vld 60.291 150,442
Pieter De Crem cd&v 39.666 106,288
Dirk Van Der Maelen sp.a 34.331 94,052
Herman De Croo vld 36.988 92,295
Joke Schauvliege cd&v 25.620 86,061
Guy Verhofstadt vld 32.213 80,380
Guy D'Haeseleer vb 25.441 72,476
Leen Dierick cd&v 22.499 60,288
Sarah Smeyers nva 21.182 50,237
Stefaan Vercamer cd&v 18.671 50,030
Karel De Gucht vld 19.865 49,568
Daniel Termont sp.a 17.028 46,650
Karin Temmerman sp.a 16.946 46,425
Carina Van Tittelboom-Van Cauter vld 17.769 44,338

Kamerhitparade

Naam Partij Voorkeurstemmen Dewachter
Elio Di Rupo ps 203.758 466,036
Yves Leterme cd&v 101.830 260,012
Siegried Bracke nva 101.940 241,769
Inge Vervotte cd&v 78.951 204,273
Michel Daerden ps 72.194 177,684
Didier Reynders MR 61.848 169,236
Olivier Maingain fdf 62.988 165,365
Matthias De Clercq vld 60.291 150,442
Gerolf Annemans vb 56.226 144,216
Jan Jambon nva 61.100 140,350
Vincent Van Quickenborne vld 45.222 133,000
Benoît Lutgen cdH 33.038 131,415
Hilde Crevits cd&v 50.619 129,250
Jean-Marie Dedecker ldd 32.514 119,029
Geert Bourgeois nva 45.848 116,042
Frieda Brepoels nva 43.729 115,811
Joëlle Milquet cdH 33.097 115,355
Stefaan De Clerck cd&v 43.946 112,212
Sabine Laruelle mr 32.389 110,333
Laurette Onkelinx ps 40.621 110,328

Benoît Lutgen fait mieux que Joëlle Milquet

Lutgen:
33.038 voix de préférence (Luxembourg) = 131,41

<=> Milquet:
33.097 voix à Bruxelles = 115,35

Bientôt un Monsieur oui wallon au cdH, à la place de la madame non bruxelloise ?

maandag, juni 14, 2010

Elio Di Rupo, koning van Henegouwen



203.758 stemmen op 348.184 PS-stemmen in Henegouwen

=

een Dewachterscore: (stemmen gedeeld door 500) + (stemmen maal honderd, gedeeld door partijscore) van maar liefst:

466,036

Wie doet beter ?

Tindemans 1979: 454,611
Verhofstadt 2003 (O-Vl): 389,692
Leterme 2007 (S): 380,48
De Wever 2010 (S): 366,243
Di Rupo 2003 (H): 351,395
Dewinter 2004 (Apen): 342,89

Conclusie: Elio Di Rupo heeft gisteren een absoluut historisch persoonlijk record gevestigd.

zaterdag, juni 12, 2010

Alle peilingen samen

Alle peilingen (van september 2009 tot juni 2010) achter elkaar gezet, geven het volgende beeld:



N-VA klimt overal na de terugkeer van Leterme als premier (La Libre december: 14% <=> La Libre 29 maart: 17%), maar schiet pas echt de hoogte in bij de val van de regering over BHV (Vers l'Avenir 4 mei: 22,9%). Hoe meer er over BHV gesproken wordt, hoe zwaarder de CD&V lijkt te zakken (van 22,2 naar 20 naar 16,2% bij La Libre Belgique). De eerste "serieuze" peiling die de klim van de N-VA bevestigt, is die van de VRT van 4 juni, een maand na die van Vers l'Avenir (25,2%), gevolgd door die van de Libre van 7 juni (26%). We beschikken evenwel niet over data uit de eerste week van juni. Zou er een kleine neerwaartse trend zijn, gezien het mindere resultaat van de laatste Vers l'Avenir ?

(tegelijk suggereert deze enorme volatiliteit van de scores ook dat peilingbureau's hun eigen hypes voeden en versterken)

Peiling onder de gokkers

Als morgen de peilingen vergeleken worden met de verrassingen van de verkiezingsuitslag, is het misschien interessant om ook eens te kijken naar wat de tendenzen bij de gokkantoren aangeven. Unibet.com lijkt een soort synthese van de voorgaande peilingen. Je kan er zes keer je geld terugkrijgen als je denkt dat CD&V N-VA voor blijft, 3,5 keer als LDD groen klopt, 1,8 keer als openVLD voor sp.a komt en 1,90 in het omgekeerde geval.

Daarnaast kan er ook op percentages worden gegokt. Als N-VA geen 22,5% haalt, krijg je 155% bovenop je inleg uitgekeerd. Misschien nog een interessante belegging... De consensus lijkt vrij groot te zijn over de score van de VLD: 14,5% of iets minder. Voor sp.a gelooft men meer in een negatievere uitslag, voor het Vlaams Belang dan weer in meer dan 12,5%. In Wallonië kan je niet gokken op de PP, cdH wordt voor Ecolo gezet. Als Jean-Marie Dedecker premier wordt, win je 9900% bovenop je inleg.

(In zetels verschilt het allemaal niet veel, het is een soort "poll of polls")

La Flandre expliquée aux Français...


(Miniature représentant la Bataille des Éperons d'Or près de Courtrai en 1302, où l'armée de Philippe le Bel s'est inclinée, source: www.klean.be)

La Belgique s'apprête à revenir à la une des sites web et quotidiens français. Les élections législatives de dimanche rappelleront Laurence Ferrari (voilée ou pas) de nos conflits communautaires toujours irrésolus et de la complexité difficilement imaginable de l'échiquier politique, qui seront sans doute représentées de façon peu équilibrée. J'ai donc choisi d'écrire ce billet en français, afin de donner une "vue de Flandre" de cette troisième campagne électorale en quatre ans (2007 - 2009 - 2010).

Le lecteur informé connaîtra sans doute le pays de Magritte par les billets y consacrés par Jean Quatremer de Libération sur son (excellent) blog "Coulisses de Bruxelles". Il y met l'attention sur les situations absurdes vécues par les habitants francophones de la fameuse périphérie bruxelloise. Quatremer y prend clairement position pour les habitants francophones. C'est son droit en tant qu'auteur. Toutefois, je conseille plutôt la lecture des morceaux de Jean-Pierre Stroobants, correspondant du Monde, qui sont plus équilibrés. Stroobants colle plus à son rôle d'observateur et de rapporteur neutre.

Ceci étant dit, il n'est pas aisé pour les Français de comprendre les partis politiques flamands ou la sensibilité de leur public. Ayant été éloigné physiquement de mon pays pendant deux ans et demi (Paris, puis Londres et Francfort), je me suis rendu compte moi-même à quel point je l'avais été psychologiquement par rapport à l'opinion publique. En « faisant le marché » pendant la campagne électorale la semaine dernière, j'ai senti combien les gens en ont marre. Sortir de son milieu académique ou "bobo" et se retrouver face-à-face avec des électeurs mécontents peut être une expérience tout à fait utile (même si les personnes âgées et les inactifs semblent surreprésentés à ce genre d’occasions).

Si on me dit "en avoir marre de BHV" (le fameux dossier institutionnel sur lequel je reviendrai plus tard), je comprendrais cela plutôt dans le sens de dégager le communautaire si on ne peut pas le résoudre, et donner la priorité aux "vrais dossiers". Cependant, les Flamands veulent envoyer un « signal fort » aux francophones. Ils trouvent que leurs hommes politiques ont été trop doux, qu’ils se sont faits ridiculiser. Et ils se sentent vraiment lésés par ce qui vient de se passer.

I. Nationalisme, droite, identité: la spécificité du cas flamand

1. Surtout pour un socialiste, il peut paraître évident qu'on ne s'occupe pas des dossiers dits "identitaires". Qu'on lutte pour la solidarité internationale, l'intégration européenne et l'unité de la Belgique, déjà tellement petite. Qu'on condamne ceux qui agitent des drapeaux. Peu importe la nationalité ou la langue, la gauche est censée oeuvrer au bonheur de tout citoyen. A fortiori de travailler dans l'intérêt de tout le pays. Les nationalistes sont alors des types "à peine sortis du Moyen Âge", visant à remplacer la défense des intérêts économiques des faibles contre les puissants, par une définition agressive de l'identité de l'ensemble des citoyens. Ce qui privilégie les riches ou les plus forts.

2. On parle souvent d'un nationalisme de jalousie. La Flandre est riche. Mais par peur de perdre ce qu'on a, le nationalisme culpabilise un tiers pour un éventuel déclin: les immigrés ou les francophones. Les "V-Partijen" (partis déclarés pour l'évolution vers une Flandre indépendante à long terme) Vlaams Belang, N-VA et Lijst Dedecker ont un programme économiquement de droite. La Belgique est projetée comme l'instrument du Parti socialiste francophone, archaïque, gaspilleur et ringard. Si les pensions sont trop basses, c'est la faute aux Wallons et aux socialistes. Si les impôts sont trop élevés, c'est pour payer les dettes que les Francophones ont causé. Etc. De plus en plus de partis de droite (N-VA = issue de la VU, premières élections en 2003, VB = issu de la VU en 1978, LDD = issu du parti libéral en 2007) se créent une niche et trouvent des électeurs mécontents de l'offre traditionnelle (parti chrétien, soit libéral, qui sont presqu'aussi vieux que la Belgique même). La Flandre vote à droite, parce que son "ennemi naturel" se trouve de l'autre côté de la frontière linguistique, au "Jurassic Parc" socialiste (pour utiliser une expression du correspondant de l'hebdomadaire The Economist).

3. Cependant, le nationalisme flamand est beaucoup plus complexe. Il est issu de multiples discriminations réelles que subissaient les Flamands au dix-neuvième siècle, et pour beaucoup de secteurs jusqu'après la deuxième guerre mondiale. Comme tout mouvement nationaliste (pensons au Gaullisme, peut-être), le nationalisme flamand tend à mettre l'intérêt de la société entière devant celui des groupes qui la composent. Parler français est souvent associé à une appartenance bourgeoise et aisée. Aux patrons d'usine, aux évêques et aux officiers militaires du passé. Beaucoup de ressentiment face aux francophones de la périphérie découle de ce sentiment: un sentiment d'être "colonisés" par une classe aisée, qui ne veut pas s'adapter aux mœurs du pays. Or, pour sortir de cela, il faut que les élites créent leur propre variante, qui puisse faire figure de concurrent au français. Que le néerlandais soit utilisé pour la publication des lois, pour les procédures dans les tribunaux, dans l'enseignement et pour l'administration.

Bien sûr, c'est caricatural. Les élites flamandes ont été de-francisées (entre autres grâce à la néerlandisation de l'Université de Gand (1930) et la scission de celle de Louvain (1968)). De fait, aujourd'hui, elles parlent l'anglais, la langue du commerce et de la globalisation, comme deuxième langue, plutôt que le français. Les temps où on pouvait se distinguer en parlant français sont depuis longtemps révolus. Ceux qui viennent s'installer en périphérie ne peuvent donc aucunément "dominer" le Flamand ordinaire qui y vit. Il s'agit plutôt d'un vieux reste de sentiment d'impuissance face à une langue plus impérialiste que le néerlandais, qui était associée aux élites. Celui qui parle le français et refuse de s'exprimer en néerlandais (comme Olivier Maingain, président des "Démocrates fédéralistes francophones") veut humilier la Flandre. Ce sentiment de base est très difficile à combattre.

4. Johan Vande Lanotte, tête de liste au Sénat pour le sp.a et professeur de droit constitutionnel, a rappelé dans une émission de la RTBf, que les fondements du compromis belges sont doubles:
1) La solidarité: la région prospère partage avec les autres (ex: Sécurité sociale, que défendra toujours la famille socialiste)
2) Le respect: les deux cultures doivent se respecter, à commencer par la reconnaissance des bornes territoriales de chaque communauté

Cette campagne électorale a vu un nombre de revendications outrageuses de la part des partis francophones, qui donnent l'air de n'avoir vraiment rien compris à l'opinion publique flamande. La solidarité ne peut se maintenir qu'allant de pair avec un respect mutuel. Le fait d'avoir des zones linguistiques (art. 4 Constitution) dans un pays qui a commencé comme un état centralisé en 1830, peut paraître étrange aux Français. Cependant, justement à cause de la position inférieure du néerlandais, le mouvement flamand a exigé (et obtenu) la fixation dans la constitution du principe de territorialité. La langue de l'administration est celle de la région où elle est installée. La réapparition du dossier de BHV (une sorte de monstre de Loch Ness de la politique belge) a fait ressurgir les querelles d'interprétation du statut des communes à forte implantation francophone.

5. Personnellement, je n'ai rien contre l'utilisation du français en Flandre par les autorités publiques envers les administrés. Cependant, l'inverse devrait être possible aussi. Et l'histoire nous a démontré que ce n'est pas le cas. Les partis francophones ont toujours refusé le bilinguisme généralisé sur tout le territoire. Et on revient sur l'idée ancienne, que "la liberté de l'emploi des langues revient à la liberté du francophone de parler le français où il veut" (pour paraphraser le fameux Bart De Wever des nationalistes). Si le Flamand veut faire de même, il ne peut pas, parce qu'il n'est pas compris. Figurez-vous que l'enseignement de la Communauté française n'oblige pas la connaissance du néerlandais comme deuxième langue, alors que c'est toujours le cas pour le français en Flandre (malgré donc la montée de l'anglais).

La Belgique s'est construite comme un dialogue entre deux communautés. Il existe très peu de "Belges", bilingues, ayant de la famille ou des amis des deux côtés. Faire de la politique dans un environnement pareil, c'est très exigeant. Il n'existe pas (plus) de partis nationaux depuis une trentaine d'années, ni de responsabilité de ministres fédéraux devant l'autre communauté. Par conséquent, les "familles" politiques (socialistes, chrétiens, libéraux) deviennent de moins en moins pertinentes. Elles sont maintenant des alliances de circonstance, pour diviser les postes. Ou même pas, quand l'un décide de participer au gouvernement, et l'autre -vu la situation politique dans sa communauté- de camper dans l'opposition.

Voilà pourquoi les problèmes institutionnels empêchent de tacler les grands dossiers qui figurent à la une dans les autres démocraties européennes. Si la structure générale ne fonctionne pas, on ne peut pas arriver à un accord avec les 6 ou 7 partis différents, dont on a besoin pour former une majorité. Au fur et à mesure qu'on ne trouve pas d'accord sur l'institutionnel, il devient plus facile pour la droite nationaliste en Flandre de blâmer les francophones "gauchistes" et en même temps "arrogants". En Flandre, la gauche doit faire un compromis entre la reconnaissance de ces sentiments anciens de défense de l'identité culturelle menacée et son programme économique, qui n'est à réaliser qu'à l'aide des amis francophones. Si les problèmes ne sont pas résolus, elle risque de se marginaliser structurellement: il est très facile pour les nationalistes de dépeindre les socialistes en "traîtres" ou "alliés du PS".

Cependant, à l'échelon régional, une coalition entre chrétien-démocrates, socialistes et nationalistes est en place depuis un an. La N-VA ayant fait campagne sur un agenda social en temps de crise (allocations familiales "flamandes", assurance de soins de santé "flamande", compagnie d'État d'énergie "flamande") y a plutôt renforcé l'apport des socialistes dans l'accord de gouvernement. De fait, le gouvernement régional mène une politique de centre-gauche, combinée avec un discours communautaire assertif. Le ministre N-VA qui refuse de nommer trois bourgmestres francophones qui s'opposent à l'application de certaines circulaires linguistiques, est soutenu par l'ensemble du gouvernement. Mais dans les politiques concrètes, à l'opposition de son discours électoral, la N-VA peut aussi bien gouverner à gauche qu'à droite.

II. L'actualité politique récente



1. La Belgique a connu trois des pires années politiques de son histoire récente. Après des élections fédérales polarisées en 2007, les chrétiens-démocrates, chassés du pouvoir depuis 1999, sont retournés. Avec une campagne nationaliste, qui lui avait déjà permis de remporter les élections pour la région flamande en 2004. Pour résoudre le dossier de "Bruxelles-Hal-Vilvorde" (en coupant Bruxelles de la périphérie pour les élections fédérales, faisant en sorte que les partis francophones bruxellois ne pourront plus se présenter en Flandre), il n'aurait fallu que "cinq minutes de courage politique". Le CD&V, en cartel avec les nationalistes de la N-VA, ne s'était pas soucié de l'effet de cette campagne acerbe sur l'autre partie du pays . Les contacts avec le cdH, le parti sœur en Wallonie, étaient quasi inexistants. Avec 30% des voix en Flandre, le "Vlaams Kartel" comptait réaliser une réforme qui avait besoin de beaucoup plus de voix. La dévolution de compétences aux régions (prévue dans l'article 35 de la constitution) nécessitait un consensus très large. Et on ne fait pas le consensus en faisant peur aux francophones.

Résultat: trois ans de misère et de stagnation politique. Leterme n'a pas su concilier les objectifs des libéraux (qui voulaient un gouvernement sans socialistes), des chrétiens-démocrates francophones (qui voulaient le PS dans le gouvernement) et de son partenaire de cartel (qui voulait une majorité des 2/3, pour réformer la constitution). Résultat: Leterme a pris le PS au gouvernement (afin d'obtenir la majorité des 2/3 et de satisfaire la présidente très exigeante du cdH, Joëlle Milquet), mais a perdu ses alliés nationalistes quand même (octobre 2008). La volonté d'exclusion des socialistes, formulée par les libéraux flamands, a abouti à ce que... les socialistes flamands, mais non les francophones (qui sont plus détestés en Flandre) rejoignent l'opposition. Entretemps, il a été humilié. Son adversaire électoral, le premier ministre Guy Verhofstadt (libéral flamand, mais modéré, ayant gouverné avec la gauche pendant huit ans), a été sollicité par le roi pour mener un gouvernement intérimaire (décembre 2007-mars 2008). Ce n'est que presque neuf mois après sa victoire éclatante que Leterme a pu franchir le seuil de la résidence du premier ministre.

2.Si on regarde les événements de 2007-2010, il est clair que Leterme aurait dû démissionner et demander de nouvelles élections en 2008. Vu l'importance des dossiers institutionnels, il était évident que le gouvernement allait être paralysé tant qu'il n'aurait pas été résolu. Et que Leterme était incapable de le faire. Le succès de 2007 l'a amené a une fonction qu'il n'était pas capable d'exercer. Leterme n'a pas les talents d'un leader, au-delà de son propre parti. La preuve a été donnée par son successeur, Herman Van Rompuy, qui a repris le gouvernement (contre toute attente) après l'affaire de la "Fortisgate". Sous Van Rompuy, les conflits ont été traités en coulisses, alors que chez Leterme, les ministres racontaient le déroulement des négociations devant les caméras en sortant du château de Val-Duchesse... La crise bancaire, qui a éclaté au moment où la N-VA a rompu le cartel avec Leterme, l'a empêché.

La désignation de Van Rompuy comme président du conseil de l'UE remettait Yves Leterme (entretemps légitimé par sa participation aux élections flamandes) en place. Cependant, dès le début de sa mission, il était clair que même son propre parti ne lui faisait plus confiance. Les négociations "BHV" (dont il avait dit en 2004 qu'ils nécessiteraient que cinq minutes de courage politique...) on été confiées à son prédécesseur Jean-Luc Dehaene. Vu les positions inchangées des deux côtés (les partis flamands réclamant la scission de l'arrondissement avec compensations modérées, les francophones refusant toute scission sans compensation substantielle), le moment était venu pour les libéraux flamands de faire tomber un gouvernement dominé par la gauche (aile travailliste du CD&V-cdH-PS) et les francophones (la coalition ne disposait plus de majorité en Flandre depuis le départ de la N-VA en octobre 2008).

III. Campagne: deux pays différents ?

1. La Flandre semble se résigner à une victoire des nationalistes de droite de Bart De Wever (président de la N-VA qui passe ses vacances en Lederhosen en Bavière, mais qui a réussi à se rendre populaire grâce à une émission pipole de la télévision flamande). Les sondages indiquent entre 22 et 26% des voix, ce qui est énorme pour un parti qui n'en recueillait que 4,8% en 2003. Mais, comme signalé plus haut, la présence des partis de droite à tendance nationaliste ne date pas d'hier. En 2004, l'extrême droite (bien que condamnée sévérmement pour racisme et incitation à la haine) râflait 24% ou 1 million des voix en Flandre (régionales). De Wever, qui est évidemment plus modéré, récupère une partie de ces électeurs.







Le pari de Leterme d'aller aux urnes avec les nationalistes en 2007 lui revient comme un boomerang politique:
- Il n'est plus le candidat de proue de son parti (sa présidente, au profil plus modéré, Marianne Thyssen, tire la liste au Sénat)
- Il restera dans les livres d'histoire comme un des pires premiers ministres du pays (800 000 voix de préférence, mais cinq démissions en trois ans, dont deux en tant que premier ministre et trois en tant que formateur; au total, en 2007-2010, Leterme n'aura été premier ministre en fonction que de mars à décembre 2008 et de décembre 2009 à avril 2010)
- Il a rendu les nationalistes acceptables auprès de l'électorat CD&V; une partie de son parti a été radicalisé; mécontent de l'échec institutionnel, il suit De Wever

2. Les autres partis ont essayé de discréditer De Wever, mais vu la courte durée de la campagne électorale (deux semaines...) et sa forte popularité personnelle, ils n'ont pas donné l'air d'y croire vraiment. Parfois, le caractère irréalisable des projets nationalistes (ex: scinder les retraites, scinder le droit du travail) a été exposé, mais pas dans les émissions "prime time", où le président populaire bat facilement ses adversaires moins doués en rhétorique. Les socialistes flamands semblent incapables de profiter de leur cure d'opposition. Le public les associe au gouvernement (bien qu'ils n'en fassent plus parti depuis trois ans) et voit la N-VA comme alternative (bien que ce parti ait soutenu Leterme jusqu'à octobre 2008).



3. Côté francophone, personne n'avait vraiment envie de faire campagne. La dégringolade du parti libéral semble annoncée. Victime de turbulences internes et concurrencé à Bruxelles par le parti populaire, de "droite décomplexée", il ne semble plus en état de rivaliser avec les socialistes wallons et agite férocement le drapeau (cf. image). En cas de victoire, le PS pourrait livrer le nouveau premier ministre (ce serait le premier francophone depuis trente ans). Cependant, il aura à négocier avec les nationalistes flamands, qui ne lui offriront le fauteuil qu'en échange de contreparties considérables.

IV. Prognose



1. Il est peu probable que les négociations aboutissent vite. Les rumeurs de pourparlers préalables N-VA/PS et les enseignements du pacte d'Egmont (où le chef nationaliste Hugo Schiltz a pactisé avec les socialistes francophones) disent peut-être que ce n'est pas impossible. Mais la distance paraît grande entre possible et probable. La tenacité des francophones radicaux (Milquet, Maingain) est de mauvaise augure. Je crois qu'ils veulent empêcher qu'un accord ait lieu. Pour ensuite provoquer de nouvelles élections d'ici un an, en espérant que le N-VA perdra son "bonus". C'est dangereux, et ça pourrait vraiment mettre le pays en danger. La Flandre ne connaît qu'une voie pour exprimer son refus du blocage: voter pour les extrémistes ou se créer un "champion flamand" comme Leterme ou De wever. Les francophones commettent la même erreur que Leterme en 2007. Sans modération et sans volonté politique, les institutions belges ne peuvent pas fonctionner.

2. En 2003, N-VA et Vlaams Blok avaient 21-22% des voix. En 2009 (élections flamandes), ce pourcentage avait augmenté à 28%. Si on additionne la Liste Dedecker (parti populiste ultra-libéral), on arrive à 35%. Les sondages indiquent 42% pour l'instant. La situation devient dangereuse. D’autant plus qu’il n’est pas exclu que, lors d’un nouvel échec, la CD&V ne refasse le cartel flamand. De Wever a toujours rêvé d’une alliance comme la CDU/CSU en Allemagne, capable d’être majoritaire. Beaucoup de figures connues n'hésitent pas à proclamer leur préférence pour une Flandre indépendante, comme le journaliste politique Siegfried Bracke, qui a rejoint la N-VA comme tête de liste à la Chambre.

Ce serait une très mauvaise option de scinder le pays, prise au détriment des citoyens flamands. On espère donc que la raison reviendra et que les deux piliers de la construction belge ne seront plus mis en discussion. Ainsi, nous pourrons nous occuper un peu plus du monde en crise qui nous entoure et qui détermine notre capacité d'agir...

vrijdag, juni 11, 2010

Zetels Vers l'Avenir (10 juni)



Groen 6 (+2)
sp.a 15 (+1)
CD&V 19 (-5)
N-VA 23 (+17)
openVLD 12 (-6)
LDD 1 (-4)
VB 12 (-5)

Ecolo 11 (+3)
PS 22 (+2)
cdH 10 (=)
MR 17 (-6)
PP 1 (+1) (niet op grafiek)
FN 1 (=)

dinsdag, juni 08, 2010

Lastige mens toch, die Vandenbroucke...

... durven vragen aan de N-VA dat ze een programma voorleggen. Hoe durft hij ! "Vlaanderen denkt niet, Vlaanderen durft !"

Een fragment dat zeker de moeite waard is om te bekijken op de VRT-site. Uitstekend tegengif voor het Vlaams-nationalistisch navelstarend populisme dat tegenwoordig van onze televisieschermen druipt.

zondag, juni 06, 2010

... en een verrassingspeiling !

De Libre Belgique had blijkbaar ook nog een enquête besteld.

sp.a wordt hier zowaar de tweede Vlaamse partij (met een percentage dat weliswaar binnen de foutenmarge van de DS/VRT-peiling ligt). Foutenmarge ligt wel weer rond de vier procent, maar de drie traditionele partijen en het VB zouden dus op een zakdoek bijeen zitten (CD&V staat dus niet zo afgetekend meer voor rood en blauw, het VB niet meer sterk achterop).

N-VA lijkt vooral stemmen te halen op kap van CD&V, niet noodzakelijk bij het VB, dat veel meer haalt dan bij de voorgaande. De hier geziene doorbraak van de PP in Brussel betekent een klap voor de MR: de kloof met de PS is 5 zetels. De socialisten worden zo afgetekend de grootste familie (37 <=> 28 voor christen-democraten en liberalen).

Zetels:
Groen 5 (+1)
sp.a 16 (+2)
Cd&V 16 (-8)
N-VA 23 (+17)
openVLD 12 (-5)
LDD 1 (-4)
VB 14 (-3)

Ecolo 11 (+3)
PS 21 (+1)
cdH 12 (+2)
MR 16 (-7)
PP 2 (+2)
FN 1 (=)

vrijdag, juni 04, 2010

Zetelverdeling VRT/De Standaard

De campagne is amper begonnen, of daar is de laatste peiling al.

1. Ten opzichte van die van TNS/Dimarso, recupereren openVLD en LDD. sp.a is de grote verliezer (van 14 naar 12).

Groen 6 (+2) (= idem vorige peiling)
sp.a 12 (-2) (= verlies van 4 t.o.v. vorige peiling; komt door LDD in W-Vl en A'pen)
CD&V 18 (-6)
N-VA 23 (+18) (2 minder dan vorige peiling)
openVLD 14 (-4) (+2 t.o.v. vorige peiling)
LDD 5 (=) (+ 3 t.o.v. vorige peiling)
VB 10 (-7) (= een gerecupereerd t.o.v. vorige)

Benieuwd wat dat geeft in de échte uitslag. Opvallend is opnieuw de goede score van Frank Vandenbroucke (3), Johan Vande Lanotte (6) en Bruno Tobback (10) in de personenpeiling.

2. Anderzijds is er geen enkele indicatie hoe het gesteld is met de populariteit van de lijsttrekkers in de kieskringen. Voor sp.a is het in het duister tasten naar hoe de Oost-Vlaamse lijsttrekker kan standhouden tegen het Bracke-geweld, dat ook buiten de provincie schijnt te renderen (cf. volgens de peiling is Bracke veruit de populairste in de provincie, 12% meer dan De Crem, 13% meer dan Mathias De Clercq). Ook in de grootste kieskring Antwerpen (geen score voor Jan Jambon) is het een vraagteken (1. Gennez 19% 2. Turtelboom 17% 3. Annemans 10%, hoewel deze scores niets zeggen: Annemans haalt altijd veel voorkeurstemmen, omdat al zijn potentiële kiezers ook enkel voor zijn partij stemmen).

3. Gevolg van het eerste punt: de liberale familie (32, of net iets meer dan 1/5 Kamerzetels) kruipt iets dichter bij de socialistische (34). De christen-democraten (30) moeten nog een stuk inhalen). Als LDD en openVLD nog in één partij hadden gezeten, waren de liberalen opnieuw de sterkste van het land.

donderdag, juni 03, 2010

L'union fait la farce: le cdH croit-il encore en l'avenir de la Belgique ?



On ne peut que conclure une chose des discours de Joëlle Milquet de cette campagne électorale: le parti qui se réclame le plus de la Belgique, se fout royalement des intérêts du pays. Au point de menacer la conclusion d'un accord sur la réforme de l'État après le 13 juin, en participant à la surenchère. Bien que... plutôt en la lançant.

Au lieu de mentir à ses propres électeurs de la périphérie, madame Milquet ferait mieux de leur expliquer qu'un corridor est impossible dans le cadre d'un accord négocié sur BHV. Le terme "corridor" suppose qu'on est isolé en territoire ennemi, coupé de sa base militaire. Joëlle se croit assiégée à Tobrouk par les Allemands de Rommel en 1941 ! Elle ne fait que renforcer les sentiments de haine. Ce qui rend les chances de conclusion d'un accord encore plus minimales. Mais la présidente du cdH s'en fout ! Elle veut conserver ses deux sièges à BHV. Quitte à mettre la bourgmestre de Rode-Saint-Génèse en position éligible (première suppléante), sachant très bien qu'un élargissement de Bruxelles est impossible à avaler dans le cadre d'une scission de l'arrondissement.

Or, la Belgique suppose le vivre ensemble de deux communautés dans le respect. Il est vrai que la majorité flamande a fait preuve de peu de respect envers les revendications culturelles des francophones vivant sur son territoire. Cependant, elle n'a jamais fustigé la présence de l'autre communauté comme une d'"ennemis", risquant d'étouffer les néerlandophones. Milquet met la survie de la Belgique à long terme en péril avec son court-termisme myope et méprisant qui rappelle plutôt la Bosnie des années 1990.

Chaque vacherie de Milquet (ou Maingain) vaut 2% en plus pour la N-VA. Elle ne se rend pas compte de l'état de l'opinion publique en Flandre. Les gens en ont marre d'entendre ce discours arrogant et déconnecté de la réalité. Chaque provocation ridiculise les partis traditionnels flamands, qui choisissent la voie de la négociation et de la concertation. Essayez d'expliquer que vous préférez négocier avec une folle (cdH) et un extrémiste (FDF), sur un truc que vous pourriez aussi régler à la majorité simple. Il n'y a que les "V-partijen" qui deviennent plus forts. Mais Madame Milquet s'en fout royalement...

J'avais pourtant entendu des louanges de l'OCDE et de l'OIT sur la politique de l'emploi que Madame Milquet a mené au niveau fédéral. Pourquoi n'en parle-t-elle pas ? Pourquoi resté collée à un discours communautaire contre-productif et irréaliste ? Joëlle ne raisonne qu'avec ses électeurs bruxellois et de la périphérie. Les 90% autres en Flandre et en Wallonie ne votent pas pour elle, de toute façon.

woensdag, juni 02, 2010

Een Turkse blik op het bootincident

Interessant onderhoud op Les Enjeux internationaux (France Culture) met Engin Solakoglu, woordvoerder van de Turkse ambassade in Parijs. Gaat in op de (bloedige) onderschepping van het activistische hulpkonvooi voor Gaza eergisteren door Israël, maar ook op het bredere regionale plaatje (Irak/Iran). Komt Turkije terug als het nieuwe Ottomaanse Rijk ?